LES ROTOIRS
 
Roteurs, Rotors, Routouers, Rotours, Routoirs… le hameau actuel a connu un grand nombre de dénominations !

Sa vocation fut agricole et résidentielle pendant des siècles. Les fermes ont toutes disparu, la dernière fut celle de Monsieur HARDOUIN, qui cessa ses activités dans les années 80. De nombreuses résidences se construisent à la Braye dans les années 70 et le hameau offre aujourd’hui des aspects variés et agréables.
 
Les_Rotoirs.jpg
Les_Rotoirs_2.jpg Notre site internet a permis de recevoir un contact de M. SARAZIN –CHARPENTIER, descendant des propriétaires du XVIème siècle. A cette époque, la famille de COETLOGON (ou COLLOGON) possédait le château et le fief, qui furent vendus en 1637 par Philippe de COETLOGON, gentilhomme de la Vénerie du roi Louis XIII à Pierre de CROISMARE.
Le château actuel a été construit à la fin du XVIII siècle. Les différents propriétaires furent les BISSON, puis M. HUET, Président du Tribunal d’Evreux et ensuite M. DESBRIERE, Administrateur des Chemins de Fer de l’Ouest. Le dernier propriétaire a été le Comte Alexandre de MARENCHE, Patron du Contre-espionnage français, qui vendit le château et ses bois en 1970 à la Caisse de Prévoyance des Ouvriers des Travaux Publics. Un moment loué au Club Méditerranée, puis à la firme PHILIPS, le château a maintenant un nouveau propriétaire, qui souhaite en faire un complexe d’hôtellerie, de séminaires et de résidences ; il l'a rebaptisé le Château de Saint Aubin.
 
La forêt du château « le bois de Brillehaut » est devenue propriété de la commune depuis 2005.
Niché dans son écrin de verdure, parmi de magnifiques vieux arbres, le château possède d’intéressants communs, un colombier, un superbe plan d’eau où certains d’entre vous sont probablement allés pêcher…
La petite chapelle, dédiée à Saint Gilles, est en rénovation. Dans le passé, un pèlerinage avait lieu au mois de septembre pour prier de guérir les enfants de leurs peurs. « Grand Saint Gilles, rends nous nos enfants forts, robustes et vaillants. »
Beaucoup d’entre vous se souviennent du château et de son parc avant 1970, et sans doute de ses salles intérieures, splendeurs du XVIII siècle (qui font rêver en nos temps modernes) ?
Les_Rotoirs_3.jpg